L’Argent de Zola

L’Argent de Zola


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Fermer

Titre : Gil Blas - l'Argent.

Auteur : ANONYME ( - )

Date de création : 1890

Date représentée : 1890

Dimensions : Hauteur 122 - Largeur 0

Technique et autres indications : Lithographie coloriée.Affiche prublicitaire, A partir du 29 novembre, lire dans le Gil Blas, l'Argent.

Lieu de Conservation : MuCEM site web

Contact copyright : © Photo RMN-Grand Palais - G. Blot

Référence de l'image : 05-509316 / 61.18.85.1F

© Photo RMN-Grand Palais - G. Blot

Date de publication : juin 2011

Contexte historique

La finance a pignon sur rue

Le XIXe siècle est pour la France celui de la révolution industrielle, dont une des composantes est le développement de la finance. Ce bouleversement des structures d’une société traditionnellement agraire et artisanale va s’incarner à travers des symboles divers : dynasties industrielles (de Wendel, Schneider) ou bancaires (Rothschild), mais aussi des lieux.

Lancée en 1807 par Napoléon Ier, la construction de la Bourse de Paris, le palais Brongniart, est ainsi achevée en 1825. Comme l’indique l’annonce en caractères rouges en haut de l’affiche, c’est à partir de fin novembre 1890 que ce roman, L’Argent, paraît en feuilleton dans le quotidien Gil Blas. La publicité en avait été faite dans ses colonnes le 16 novembre, ce qui permet de dater le document présenté de façon précise.

Analyse des images

Une publicité pour roman-feuilleton

La partie supérieure de l’affiche présente le texte publicitaire : aux informations pratiques succède le titre du roman dont les lettres fantaisie suivent une légère oblique. Le nom du journal figure entre ces deux lignes rouges, dans sa typographie habituelle.

La partie inférieure est occupée par la façade néoclassique, aux colonnades de style corinthien, du palais Brongniart. Les ombres de la trentaine de personnages allant et venant sur les marches du grand escalier évoquent l’image typique des hommes de Bourse en habit et chapeau noir, et l’arrivée d’une calèche renforce encore l’impression d’affairement. Les façades de l’édifice sont depuis 1852 ornées de statues allégoriques, visibles en arrière-plan, de l’Agriculture, de l’Industrie, du Commerce et de la Justice. C’est bien cette dernière qui est détournée au premier plan : yeux bandés mais animée, elle semble laisser pleuvoir sans discernement les pièces d’or sur les spéculateurs.

Interprétation

La société au miroir de la littérature et des medias de masse

« Amuser les gens qui passent, leur plaire aujourd’hui et recommencer demain », telle était la devise du fondateur du Gil Blas, Auguste Dumont (1816-1885). L’affiche réalisée pour L’Argent de Zola traduit de fait la double vocation de cet organe, à la fois littéraire (il publie aussi Maupassant, par exemple) et de divertissement. Le choix artistique du romancier se combine aux options éditoriales pour faire sens dans l’histoire longue du traitement des évolutions sociales à travers la littérature.

Le roman-feuilleton, initié au cours de la monarchie de Juillet par la publication des œuvres d’Eugène Sue notamment, en est au XIXe siècle le cadre privilégié. Entre 1870 et 1914, on passe de 1,5 à 5,5 millions d’exemplaires de journaux vendus quotidiennement : un média de masse existe désormais, à même d’ancrer fortement des représentations dans un lectorat toujours plus étendu.

  • banque
  • bourgeoisie
  • littérature
  • Zola (Emile)
  • argent

Bibliographie

Christophe CHARLE, « Le romancier social comme quasi-sociologue entre enquête et littérature : le cas de Zola et de L’Argent », in Éveline Pinto (dir.), L’Écrivain, le savant et le philosophe, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 31-44.

Béatrice LAVILLE (éd.), « Champ littéraire fin de siècle autour de Zola », in Modernités, n° 20, 2004.

Lise QUEFFÉLEC, Le Roman-feuilleton français au XIXe siècle, Paris, P.U.F., 1989.

Émile ZOLA, L’Argent, Paris, Gallimard, coll. « Folio-Classique », 1980, [1891], préface d’André Wurmser, édition établie et annotée par Henri Mitterand.

Pour citer cet article

François BOULOC, « L’Argent de Zola »


Video: Emile Zola LArgent -chapitre 1 part 1


Commentaires:

  1. Hagaward

    Bien sûr. Ça arrive. Nous pouvons communiquer sur ce thème.

  2. Willmarr

    Vous permettez l'erreur. Je peux défendre ma position. Écrivez-moi en MP.

  3. Simeon

    Je suis absolument d'accord avec vous. Je pense que c'est une excellente idée. Je suis d'accord avec toi.

  4. Vura

    Je m'excuse, mais, à mon avis, vous commettez une erreur. Je peux défendre la position. Écrivez-moi dans PM, nous parlerons.

  5. Carrado

    J'espère qu'ils prendront la bonne décision. Ne désespérez pas.

  6. Wes

    Je suis désolé, mais je pense que vous vous trompez. Discutons. Envoyez moi un email



Écrire un message