Visiteurs de la RAF à Murree

Visiteurs de la RAF à Murree



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Visiteurs de la RAF à Murree

Ce groupe d'hommes de la RAF est photographié près de Murree, dans le nord de l'Inde, et contient probablement Terry Ruff, dont il provient de la collection.

Un grand merci à Ken Creed pour nous avoir envoyé ces photos, qui ont été prises par l'oncle de sa femme Terry Ruff pendant son temps avec le No.357 Squadron, une unité d'opérations spéciales qui opérait au-dessus de la Birmanie, de la Malaisie et de Sumatra.


  • Le RAF Scampton Heritage Centre est situé dans un authentique hangar de la Seconde Guerre mondiale et présente plus de 1 500 objets d'art - il y a beaucoup à voir pour le visiteur.
  • Votre visite au RAF Scampton Heritage Centre prendra la forme d'une visite guidée - un guide bénévole très compétent et sympathique vous fera visiter le centre du patrimoine et vous divertira pendant toute la durée de votre visite.
  • La RAF Scampton étant une base aérienne active, vous ne serez pas autorisé à vous promener seul pour des raisons de sécurité. Votre visite guidée durera environ deux heures et demie (portez des chaussures confortables) et constitue une superbe expérience plutôt qu'une visite de musée conventionnelle. Vous verrez et apprendrez beaucoup de choses à la fois!
  • Vous marcherez sur les traces de Guy Gibson et de son célèbre escadron 617 (Dambusters), visiterez son bureau et verrez la tombe de son bien-aimé labrador noir qui a été renversé par une voiture et tué la nuit avant le raid The Dambusters’.
  • Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Croix de Victoria ont été décernées à 3 aviateurs de Scampton (voir Une brève histoire de la RAF Scampton ci-dessous). La Croix de Victoria (VC) est décernée pour « la bravoure du plus haut niveau » et est la plus haute distinction militaire du pays.
  • Vous découvrirez le rôle important que la RAF Scampton a joué pendant la guerre froide et pourrez voir un célèbre missile Blue Steel (la dissuasion nucléaire britannique de la guerre froide).
  • Si vous êtes vraiment très chanceux, les Red Arrows peuvent s'entraîner dans le ciel au-dessus de Scampton et vous aurez droit à votre propre spectacle aérien !

Pourquoi Scampton a été choisi comme base aérienne :

  • Il est situé sur Ermine Street, la très longue et rectiligne voie romaine bien visible du ciel. Lorsque la piste a été prolongée à RAF Scampton en 1944, Ermine Street a dû être incurvée autour de la nouvelle piste, ce qui facilite encore la localisation de la base aérienne d'en haut (déterrez une carte et vous pourrez voir la courbe pour vous-même sur l'A15).
  • L'extrémité opposée de la piste est proche du bord de la crête de Lincoln, un escarpement/pente escarpé, qui est également facilement visible du ciel.
  • La cathédrale de Lincoln, le meilleur monument du comté, se trouve à moins de 5 km à vol d'oiseau.

1ère guerre mondiale

Novembre 1916 : Ouverture de la station de vol Home Defense, Brattelby Cliff.

Printemps 1917 : Brattelby Cliff change son nom en Royal Flying Corps Station, Scampton. Il abrite les escadrons d'entraînement opérationnel 11, 60 et 81 (pilotant l'avion Sopwith Camel, Pup et Dolphin).

Hiver 1918 : RFCS Scampton est abandonné à la fin de la Première Guerre mondiale, tombant dans un état d'abandon et de délabrement.

Entre les guerres

Années 1930 : Le ministère de l'Air commande de nombreux aérodromes abandonnés de la Première Guerre mondiale, dont Scampton, et commence à les réaménager.

Août 1936 : RAF Scampton rouvre. Les 9e et 214e escadrons s'y installent depuis l'Irlande du Nord. Dans les 6 mois, ils sont remplacés par les 49 et 83 escadrons.

2eme guerre mondiale

Septembre 1939 : RAF Scampton est transféré au Bomber Command au début de la guerre.

Les 49e et 83e escadrons sont impliqués dans des missions dangereuses de vol à basse altitude, qu'il s'agisse de poser des mines ou de bombarder des navires allemands bien protégés.

Août/Septembre 1940 : les aviateurs des deux escadrons reçoivent la Croix de Victoria :

En août 1940, Lieutenant d'aviation RAB Learoyd du 49e Escadron, a reçu la Croix de Victoria à la suite d'un raid visant à détruire un aqueduc sur le canal Dortmund-Elm. 11 bombardiers Hampden ont quitté Scampton dans la soirée du 12 août. Pendant le raid, 2 avions ont été perdus et 2 ont été gravement endommagés. Sans se laisser décourager par cela, et par le fait que son avion était le prochain en ligne pour exécuter le gant des barrages antiaériens mortels, le Flt Lt Learoyd a descendu son avion à 150 pieds et a fait son bombardement à la lumière des projecteurs aveuglants. Son avion a été touché à plusieurs reprises, perdant plusieurs gros morceaux du fuselage et subissant de graves dommages à son système hydraulique (rendant les volets d'aile et le train d'atterrissage inutiles). Néanmoins, malgré des dommages aussi graves, lui et son équipage ont réussi à larguer leurs bombes sur le canal avant de rentrer chez eux en boitant. Une fois en sécurité au-dessus de la campagne du Lincolnshire, le Flt Lt Learoyd a décidé qu'il n'était pas prudent d'atterrir dans le noir avec son avion gravement endommagé. Il a donc attendu l'aube avant d'atterrir en toute sécurité !

En septembre 1940, Opérateur sans fil/mitrailleur aérien Sergent de section John Hannah du 83e Escadron, a reçu une Croix de Victoria pour bravoure lorsque son avion a été incendié lors d'une attaque nocturne contre des barges d'invasion à Anvers. Deux membres d'équipage ont renfloué l'avion en feu, mais le sergent Hannah est resté à bord pour combattre l'incendie, utilisant d'abord des extincteurs, mais lorsqu'ils se sont épuisés, en utilisant son journal de bord – pendant lequel des milliers de cartouches ont explosé. lui et l'a presque aveuglé. Malgré de terribles blessures, il a réussi à éteindre l'incendie, permettant au pilote de ramener l'avion gravement endommagé en Angleterre. Laissé avec des poumons très affaiblis, le sergent Hannah a contracté la tuberculose l'année suivante dont il ne s'est jamais complètement remis, et est décédé en 1947 à l'âge de 25 ans. Il était le plus jeune récipiendaire de la Croix de Victoria pour des opérations aériennes pendant la Seconde Guerre mondiale.

mars 1943: Le 617e Escadron est créé afin de mener à bien l'opération Chastise, plus communément appelée Le raid Dambusters’.

L'opération Chastise était un projet ambitieux visant à attaquer les barrages de Rhur à l'aide de la «bombe rebondissante» révolutionnaire de Barnes Wallis. C'était la toute première fois que le bombardement de précision était utilisé par la RAF.

Le Bomber Command pensait que la destruction des 5 barrages de la vallée de la Rhur - Mohne, Sorpe, Eder, Ennepe et Lister - perturberait gravement l'effort de guerre allemand. On espérait que la destruction de ces barrages : couperait l'alimentation en eau vitale du cœur industriel de l'Allemagne (la vallée de la Rhur) détruirait des centrales hydroélectriques d'une importance cruciale situées à côté des barrages inonderaient des usines et d'autres installations industrielles et endommageraient la voie ferrée/ infrastructures du réseau de voies navigables intérieures. Les barrages de Mohne et Sorpe devaient être les cibles principales, avec les barrages Eder, Ennepe et Lister comme cibles secondaires.

16 – 17 mai 1943 : Dirigé par 24 ans Commandant d'escadre Guy Gibson, 19 bombardiers Lancaster décollent de la RAF Scampton dans la soirée du 16 mai 1943. Volant à basse altitude (à 100 pieds et moins) afin d'échapper aux radars ennemis, le 617e Escadron subit de lourdes pertes avant même d'atteindre sa cible : 5 avions sont perdus à l'aller voyage et 2 ont été si gravement endommagés qu'ils ont dû abandonner leur mission et rentrer chez eux. Un autre avion a été abattu au-dessus du barrage de Mohne avant de lâcher ses bombes.

Cependant, 11 bombardiers Lancaster ont réussi à attaquer leur cible, entraînant la rupture des barrages Mohne et Eder et des dommages au barrage Sorpe. Sur ces 11 avions restants, seuls 9 sont rentrés chez eux et 2 autres ont été perdus lors de leur voyage de retour.

Le commandant de l'escadre Guy Gibson a reçu une Croix de Victoria pour l'héroïsme dont il a fait preuve lors du raid - il a utilisé à plusieurs reprises son avion pour éloigner les tirs antiaériens des autres avions de sa formation. Au total, 34 médailles de bravoure ont été décernées aux équipages qui ont participé à l'opération Chastise.

Guy Gibson a été abattu et tué l'année suivante, à seulement 26 ans. Il est enterré à Steenbergen, aux Pays-Bas.

25 avril 1945 : la dernière mission de bombardement de la RAF Scampton est lancée - la cible est la retraite de montagne d'Hitler en Bavière, le Berghof. A présent, Hitler se cache dans son bunker de Berlin et se suicide le 4 mai 1945. L'Allemagne capitule 3 jours plus tard.

La RAF Scampton a perdu 226 avions pendant la Seconde Guerre mondiale.

Après 1945

1948/9: Scampton devient le foyer des avions du US Strategic Air Command, à savoir le B-29 Superfortress.

1958: Le 617e Escadron est reformé à la RAF Scampton, le bombardier Vulcan remplaçant le Lancaster.

1963 – 1969: Le 617e Escadron est équipé de missiles nucléaires : le Standoff Air to Surface Nuclear Missile (plus communément appelé Blue Steel).

1982: Dernier vol Vulcain.

1983: La RAF Scampton devient le foyer des Red Arrows.

Pour plus d'informations sur les pauses du Lincolnshire Aviation Heritage Trail, veuillez cliquer sur ici.


Entrez [ modifier ]

Taxis et les autobus partent d'Islamabad et prennent généralement environ 1h30.

Il existe quatre itinéraires pour Murree depuis la capitale, Islamabad : il faut 1h30 pour atteindre Murree depuis Islamabad via l'ancienne route Islamabad-Murree, il faut 1 heure pour atteindre Murree depuis Islamabad via l'autoroute à 4 voies Islamabad-Murree. L'autoroute a une mauvaise réputation pour les accidents et il y a souvent des policiers qui arrêtent les automobilistes pour excès de vitesse.

Il y a deux itinéraires moins fréquentés qui valent la peine d'être explorés si vous n'êtes pas pressé. La troisième route plus longue vers Murree depuis Islamabad via Niloré et Barrage de Simli - cela rejoint à Topa inférieur. Le quatrième est encore plus aventureux et commence au restaurant Monal à Islamabad - si vous continuez à suivre la route, vous finirez par vous retrouver sur la «vieille route Murree» - cet itinéraire nécessite un 4x4 car la route n'est pas goudronnée en partie, et vous avez heurter le lit d'une rivière où un pont a été emporté. Pour ce quatrième itinéraire une impression d'une carte google et un GPS sont fortement conseillés. Cela prend environ 3 heures - même si vous voudrez vous arrêter pour prendre des photos !

La route en montagne est rafraîchissante et le paysage est à couper le souffle, en particulier sur la route Nilore-Simli-Lower Topa.


Pendant quelques mois d'été en 1940, une puissante bataille aérienne a eu lieu au-dessus du ciel de l'Angleterre. Aujourd'hui, on se souvient de la bataille d'Angleterre comme de la meilleure heure de la RAF, mais si les jeunes hommes qui ont pris leur envol n'avaient pas réussi à vaincre la Luftwaffe allemande, il y avait toutes les chances que les forces nazies envahissent et occupent les îles britanniques. Les musées et les sites patrimoniaux britanniques détiennent la clé pour comprendre ce moment charnière de l'histoire.

Musée impérial de la guerre, Duxford Duxford, Cambridgeshire

La bataille d'Angleterre s'affiche avec les portes en accordéon originales du hangar de Duxford au loin. Photo Richard Moss

L'Imperial War Museum est la référence en matière de collections de guerre moderne, et bien que les collections du musée de Londres ne puissent être ignorées, en particulier avec un Spitfire Mk 1 de la bataille d'Angleterre suspendu au plafond de leur atrium, il est à IWM à Duxford où vous pouvez vraiment explorer la bataille d'Angleterre en détail.

Anciennement une station de chasse de la bataille d'Angleterre, Duxford a une exposition permanente intitulée La bataille d'Angleterre et la défense aérienne de la Grande-Bretagne dans le hangar 4. Le hangar lui-même est un ancien combattant de la bataille d'Angleterre et à l'intérieur, vous trouverez un ouragan et un Spitfire ainsi que les restes intacts d'un Messerschmidt ME 109 allemand abattu pendant la bataille et présentés tels qu'ils étaient lorsqu'il s'est écrasé dans un champ du Kent à l'été 1940. D'autres artefacts incluent une queue Heinkel 111 et une reconstitution d'un corps d'observateurs regardant avant-poste.

Au-delà du hangar, Duxford est l'aérodrome de la Seconde Guerre mondiale le plus intact que vous puissiez visiter - avec une salle des opérations de la bataille d'Angleterre, des stylos Spitfire et une tour de contrôle d'époque, tous visibles sur place. Des visites occasionnelles du côté nord de l'aérodrome ont également lieu en compagnie d'experts explicatifs qui peuvent faire revivre les histoires de la base et de nombreuses personnalités, dont Douglas Bader.

Musée de la RAF, Londres Londres

À l'intérieur du Battle of Britain Hall au RAF Museum Hendon. Photo Richard Moss

Le RAF Museum, basé à Londres à Hendon, qui était également une station de chasse pendant la bataille, possède la plus grande collection d'avions de la bataille d'Angleterre du pays et la plus grande collection d'avions intacts de la Luftwaffe au monde. Des plans sont actuellement en cours pour transformer le site historique de Hendon, mais la collection est toujours fascinante et constitue la visite la plus importante de toute enquête sur l'avion réel qui a participé à la bataille.

En plus d'un Spitfire et d'un ouragan originaux de la bataille d'Angleterre, la collection contient également certains des avions les moins connus qui ont participé à la bataille, notamment un Bristol Blenheim et un entraîneur Gypsy Moth dans lesquels « les quelques-uns ont perfectionné leurs compétences de vol. Il existe également une histoire multimédia intitulée Our Finest Hour, qui comprend des images d'archives de la bataille.

Du côté allemand, la collection incomparable comprend un Messerschmitt Bf109, un Messerschmitt 110, un bombardier Heinkel 111 et un bombardier en piqué Junkers 87 Stuka, tous des avions clés de la bataille d'Angleterre alors qu'elle s'est déroulée dans le ciel britannique de l'été à l'automne 1940.

Musée de l'aviation militaire de Tangmere Chichester, Sussex de l'Ouest

Les restes du moteur Rolls Royce Merlin Hurricane’s exposé à Tangmere. Photo Richard Moss

Le musée de l'aviation militaire de Tangmere est situé sur les vestiges de l'ancien aérodrome de la bataille d'Angleterre RAF Tangmere dans le West Sussex. L'aérodrome a fonctionné de 1916 jusqu'aux années d'après-guerre et était un emplacement fondamental pour la bataille d'Angleterre, défendant le sud de l'Angleterre contre les raids de la Luftwaffe. Son importance a été mise en évidence le 16 août 1940 lorsqu'il a été lourdement bombardé par les Allemands, et vous pouvez voir certains des vestiges et artefacts de cette attaque dans le Battle of Britain Hall du musée.

La collection poignante rappelle ici aux visiteurs la dévastation et la destruction causées par la bataille et les expositions incluent les restes d'un ouragan abattu au-dessus de Brighton avec la perte de son jeune pilote (dont les effets personnels sont exposés) et l'uniforme éclaboussé de sang, avec Gilet de sauvetage Mae West du premier pilote de la bataille d'Angleterre à remporter un VC, le capitaine d'aviation James Nicolson, célèbre pour être revenu dans le cockpit de son Hurricane et abattre un Messerschmidt 110.

Les restes d'avions et les histoires des hommes qui ont piloté de nombreux avions qui ont volé de Tangmere font de ce musée géré par des bénévoles une escale importante lors de toute visite du musée de la bataille d'Angleterre.

Le musée de la bataille d'Angleterre du Kent Folkestone, Kent

Un chasseur allemand Messerchmitt 109. Avec l'aimable autorisation du Kent Battle of Britain Museum Trust – Hawkinge

L'ancienne station de la RAF à Hawkinge était la base de la RAF la plus proche de la France occupée par l'ennemi. Étant à seulement 10 minutes de vol des aérodromes de la Luftwaffe dans le Pas-de-Calais et à portée des obus transmanche à longue portée des batteries allemandes stationnées le long des côtes françaises, la région de Folkestone a été surnommée ‘Hellfire Corner’ .

Aujourd'hui, le Kent Battle of Britain Museum est basé sur le site, il prétend avoir la plus ancienne et la plus grande collection d'artefacts et de souvenirs récupérés de la bataille d'Angleterre dans le pays.

Le musée géré par des bénévoles est un trésor d'objets excavés de la bataille - avec des découvertes de plus de 700 avions récupérés sur des sites de crash datant d'une période de 20 semaines de la bataille d'Angleterre, ainsi qu'une impressionnante collection d'uniformes, d'armes, véhicules, œuvres d'art et répliques d'avions. Parmi ces derniers se trouve un Boulton Paul Defiant récemment acquis, peint aux couleurs de la bataille d'Angleterre et fabriqué par des bénévoles de la Boulton Paul Factory à Wolverhampton.

Pour ceux qui souhaitent s'immerger dans l'un des théâtres les plus dramatiques de la bataille d'Angleterre, ce musée est ouvert tout l'été jusqu'au 31 octobre 2017. Nous recommandons vivement une visite.

Salles de guerre de Churchill Londres

Salle des cartes dans Churchill War Rooms © IWM CWR 000177

Lorsque Londres a été attaquée, Churchill et son cabinet de guerre sont entrés dans la clandestinité. Ayant appris de l'amère expérience de la Première Guerre mondiale les dégâts et les perturbations que les bombardements pouvaient causer, le gouvernement britannique a utilisé une nouvelle tactique et les Cabinet War Rooms ont été construits en 1938, sous terre au niveau du sous-sol, pour protéger le Premier ministre, son Cabinet et le noyau central du commandement militaire en cas de guerre.

Ils sont devenus pleinement opérationnels le 27 août 1939, une semaine avant que la Grande-Bretagne ne déclare la guerre à l'Allemagne. Le Cabinet de guerre de Churchill s'est réuni ici 115 fois et les salles ont été utilisées 24 heures sur 24 jusqu'au 16 août 1945, lorsque les lumières ont été éteintes dans la salle des cartes pour la première fois en six ans.

Après la capitulation des Japonais en 1945, les Cabinet War Rooms ont été fermés et laissés intacts jusqu'aux années 1980, lorsque les portes ont été ouvertes au public. Entrer dans les Churchill War Rooms telles qu'on les appelle aujourd'hui, c'est remonter le temps. La capsule temporelle très atmosphérique contient un dédale de salles communicantes qui ramènent efficacement les visiteurs en Grande-Bretagne en temps de guerre. L'un des nombreux points forts se trouve dans la salle des cartes - un tableau de bord de la bataille d'Angleterre.

Le musée Churchill, également sur place, examine la vie et l'œuvre de Winston Churchill et son rôle en tant que chef du pays pendant la Seconde Guerre mondiale et après.

Musée du prieuré de Bentley Stanmore, Grand Londres

Musée du prieuré Bentley, Photographie par www.satureyes.com

Bentley Priory, un manoir classé grade II, conçu en partie par le célèbre architecte Sir John Soane, était l'épicentre des opérations de la RAF pendant la bataille d'Angleterre. Le QG du RAF Fighter Command abritait l'Air Chief Marshal Sir Hugh Dowding, commandant en chef pendant la bataille d'Angleterre.

Le musée se concentre sur l'histoire de ‘The One’, ‘The Few’ et ‘The Many’, et comment les forces britanniques se sont combinées pour gagner la bataille d'Angleterre et empêcher une invasion allemande.

« The One » Sir Hugh Dowding est souvent considéré comme un facteur déterminant dans le succès de la RAF. Au cours des années 1930, il est considéré comme l'homme derrière la mise en service du Spitfire et du Hurricane dans la RAF et comme un fervent partisan du système RADAR, qui ont tous été essentiels aux victoires britanniques. Plus tard, dans son rôle de commandant en chef, Dowding a utilisé un système de commandement et de contrôle, plus tard connu sous le nom de système de Dowding, qui utilisait la technologie moderne et une communication rapide pour anticiper les futurs raids.

De nombreux objets sont exposés, notamment des médailles, des journaux de bord et des photographies, tandis qu'une salle de filtrage recréée et une maquette d'une salle d'opérations donnent une idée de l'activité qui s'y est déroulée.

Le musée commémore également « The Few », c'est-à-dire les 3 000 combattants et pilotes qui ont piloté les avions et se sont livrés au combat de première main dans le ciel au-dessus de la Grande-Bretagne. Et aussi ‘The Many’, les nombreux hommes et femmes qui ont travaillé au développement de l'avion, ceux qui ont veillé à l'approche des avions et ceux qui ont soigné les blessés et autres victimes dans les pires jours de la guerre.

Bunker de la bataille d'Angleterre, RAF Uxbridge Uxbridge, Grand Londres

Le bunker d'Uxbridge, avec l'aimable autorisation de la RAF Battle of Britain Bunker, Hillingdon

Descendre les 76 marches menant au bunker de la bataille d'Angleterre à RAF Uxbridge est une expérience vraiment inoubliable. À 60 pieds sous terre se trouvent les salles d'opération les mieux conservées du Royaume-Uni, où les comploteurs et les contrôleurs ont travaillé sans relâche pour défendre Londres et le sud-est des avions de la Luftwaffe allemande.

Aujourd'hui, le 11 Group Ops Bunker est conservé exactement tel qu'il était le 15 septembre 1940, lorsque Winston Churchill a visité . Ce jour-là, sans doute le jour le plus important de la bataille, toutes les ampoules du tableau d'état de l'escadron brillaient en rouge, indiquant que chaque escadron du groupe d'opérations no 11 était engagé dans des combats à un moment donné. Churchill l'a noté dans ses mémoires et c'est à Uxbridge qu'il aurait prononcé ses paroles célèbres.

“Jamais dans le domaine des conflits humains n'a été autant dû, par autant à si peu.”

Le Bunker d'Uxbridge était la base de la défense de Londres et finalement de la défense de la Grande-Bretagne. Les salles d'opérations savamment conservées offrent aux visiteurs un aperçu unique des opérations de la RAF pendant cette étape critique de la guerre et de la bataille.

Plus comme ça

Musée des radars de défense aérienne de la RAF Neatishead, Norfolk

Le RAF Air Defence Radar Museum à Neatishead, Norfolk retrace l'histoire et le développement du radar de 1935 à 1993. Les premiers systèmes radar aidaient les équipes opérationnelles à identifier où les avions ennemis se rassemblaient afin de prédire les futurs raids. Les systèmes radar utilisaient la technologie la plus avancée de l'époque et changeaient fondamentalement la façon dont la RAF abordait la guerre.

Le musée du radar présente une exposition permanente consacrée à la bataille d'Angleterre du point de vue du radar qui examine comment ce système relativement nouveau a été poussé à ses limites au cours de l'été 1940 et comment il a été fondamental pour la victoire britannique.

Les visiteurs ont la chance de découvrir le premier système radar comme il l'aurait été pendant la bataille d'Angleterre, tandis que le filtre recréé et la salle des opérations vous apprendront tout sur les succès et les limites de cette nouvelle technologie.

Géré par des bénévoles, le musée est ouvert au public les mardis et jeudis.

Radar Bawdsey Bawdsey, Suffolk

Un autre survivant important racontant l'histoire du rôle du radar pendant la bataille se trouve à Bawdsey Radar, dans le Suffolk.

En septembre 1937, Bawdsey devint la première station radar entièrement opérationnelle au monde. Watson-Watt et Wilkins, pionniers du système radar et leur équipe de recherche ont établi leur base à Bawdsey pour poursuivre la recherche et le développement après des tests réussis de leur équipement.

Au début de la guerre, l'équipe a été déplacée de son emplacement côtier vulnérable, laissant Bawdsey comme seul centre opérationnel. Des stations radar comme celle-ci ont fourni des renseignements inestimables pendant la guerre et étaient donc une cible prioritaire pour la Luftwaffe. Bawdsey a été bombardé au moins 12 fois mais son toit renforcé et ses murs en béton l'ont empêché d'être complètement détruit.

Le musée géré par des bénévoles est fermé jusqu'en septembre 2017 pour des travaux de conservation, mais le site Web contient des informations sur les journées portes ouvertes spéciales et des mises à jour sur les développements.

Fort de Newhaven Newhaven, Sussex de l'Est

Vue générale du fort, avec l'aimable autorisation du fort de Newhaven

Le fort de Newhaven a une grande importance pour la Seconde Guerre mondiale, avec des expositions couvrant le raid sur Dieppe et le développement du fort au cours des deux guerres mondiales, mais probablement le plus important pour quiconque explore la bataille d'Angleterre est sa salle dédiée au Royal Observer Corps (ROC ).

La collection du ROC comprend des équipements, des artefacts et des souvenirs couvrant l'histoire du ROC depuis sa formation en 1925 (lorsqu'il s'agissait simplement du Corps des observateurs) jusqu'à la fermeture définitive en 1995. Le Corps des observateurs était chargé de repérer et de signaler les mouvements d'avions tout au long de la Bataille d'Angleterre et le reste de la Seconde Guerre mondiale.

Diverses autres collections et lieux liés à l'Observer Corps peuvent être explorés à travers le Royaume-Uni - beaucoup d'entre eux sont gérés par des bénévoles et basés sur les sites d'Observer Corps. Voir le site Web de la Royal Observer Corps Association pour plus d'informations.

Les visiteurs du fort de Newhaven peuvent également découvrir à quoi ressemblait la vie pendant le Blitz pour les citoyens ordinaires via une reconstruction d'une rue blitzée et d'un abri anti-aérien – accompagné des sons des bombes ennemies, des cris des gardiens et des sons effrayants de la sirène de raid aérien. Un endroit essentiel pour en apprendre davantage sur le contexte de la bataille d'Angleterre et le travail acharné des services de précautions contre les raids aériens (ARP), de l'armée de terre des femmes et des citoyens ordinaires qui se sont associés pour aider à assurer la victoire.

Musée commémoratif Spitfire et Hurricane Manston, Kent

Une bataille d'avion britannique, avec l'aimable autorisation du Spitfire and Hurricane Museum

Manston dans le Kent abrite le Spitfire and Hurricane Memorial Museum, basé sur ce qui était la RAF Manston mais qui est maintenant l'aéroport de Kent. Selon le conservateur Peter Turner, Manston était probablement l'aérodrome le plus bombardé de la Seconde Guerre mondiale.

Le musée possède un Spitfire et un Hurricane situés dans deux galeries remplies de souvenirs militaires et civils de la guerre. Sur le site se trouve également le RAF Manston History Museum qui se concentre sur l'histoire de l'aérodrome de 1916 à 1999.

Musée de East Grinstead Sussex de l'Est

East Grinstead Museum abrite les archives du Guinée Pig Club. Photo Richard Moss

Pour avoir une idée du niveau de sacrifice et de courage des pilotes qui ont participé à la bataille d'Angleterre, East Grinstead Museum est une visite incontournable. Il abrite les archives du Guinée Pig Club, qui est le club de beuverie et le réseau de soutien mutuel formé par les patients du pionnier de la chirurgie reconstructive des brûlures, Archibald McIndoe.

Pendant la guerre, l'hôpital local Queen Victoria Cottage est devenu le nouveau centre de chirurgie plastique et de la mâchoire de McIndoe et East Grinstead est à son tour connu sous le nom de « La ville qui n'a pas regardé » alors que les militaires défigurés ont été accueillis dans les magasins et les pubs locaux dans le cadre de leur rééducation.

Le musée rend hommage à ces héritages via un large éventail d'artefacts allant des uniformes des aviateurs et des effets personnels aux instruments chirurgicaux. Il y a aussi une série de recréations de tableaux dramatiques des interventions chirurgicales ainsi que des films et des photographies qui explorent l'histoire de McIndoe et les miracles qu'il a accomplis sur les brûlures des aviateurs et d'autres militaires pendant la bataille d'Angleterre et au-delà.

Mémoriaux

Le National Memorial to the Few, avec l'aimable autorisation du Battle of Britain Memorial Trust

Une partie du succès britannique dans la bataille d'Angleterre était due aux pilotes étrangers qui ont volé avec la RAF. L'un de ces hommes était le Pilot Officer Billy Fiske, basé à Tangmere. Au début de la guerre, un petit groupe d'Américains intrépides s'envola pour la RAF et, malheureusement, Billy fut le premier militaire américain de la RAF à mourir au combat. Abattue dans le ciel du Sussex, une pierre tombale portant son nom se trouve dans le coin sud-est du cimetière du prieuré de Boxgrove.

Aux côtés de la Grande-Bretagne, il y avait non seulement des Américains mais aussi des Polonais, des forces françaises libres, des Tchèques et de nombreux Australiens, Néo-Zélandais, pilotes sud-africains et hommes d'Inde et des Caraïbes. Les Polonais en particulier sont devenus réputés pour leurs exploits lors de la bataille avec les nos 302 et 303 escadrons, pilotés par des pilotes polonais, abattant 203 avions ennemis pour la perte de 29 pilotes tués.

Bien qu'il ait été introduit dans la mêlée relativement tard, le 303e Escadron est devenu l'escadron le plus performant de la bataille, abattant 126 avions allemands en seulement 42 jours. Leur pilote le plus titré était cependant un Tchécoslovaque, le sergent Josef Frantisek, qui avait précédemment servi dans l'armée de l'air polonaise lors de la Blitzkrieg allemande de 1939. Avant sa mort dans un accident d'atterrissage en octobre 1940, il a remporté 17 victoires confirmées aux commandes d'un chasseur Hawker Hurricane.

Un mémorial à tous ceux qui sont morts au combat dans la bataille d'Angleterre a été ouvert sur le remblai de la Tamise en 2005. Le monument de la bataille d'Angleterre dépeint un certain nombre de scènes dont une ruée de pilotes de la RAF et des sujets connexes, y compris les travailleurs qui ont fait l'avion, le les ouvrières des munitions, les gens ordinaires du blitz et les observateurs du Corps des observateurs.

À Capel-le-Ferne, dans le Kent, les visiteurs peuvent trouver le Mémorial national des rares, illustré ci-dessus. Le mémorial, qui abrite également un impressionnant centre d'accueil et un certain nombre d'autres attractions liées à la bataille, a été inauguré par feu Sa Majesté la reine Elizabeth la reine mère en juillet 1993.

L'idée originale d'un ancien pilote de la bataille d'Angleterre, le Wing Commander Geoffrey Page, c'est une sculpture d'un pilote sur un socle de grès situé sur les falaises blanches entre Douvres et Folkestone. Sur le socle sont gravés les écussons de tous les escadrons qui ont pris part au conflit.

Le centre d'accueil, comprenant une « Scramble Experience » de haute technologie, a été ouvert en 2015 et, en plus de raconter l'histoire de The Few, il offre des vues évocatrices sur les falaises blanches et le canal.

Pour en savoir plus sur la bataille d'Angleterre, visitez le site officiel de la RAF sur la bataille d'Angleterre.


En novembre 2005, il a été annoncé que Lossiemouth serait la base principale de la flotte de F-35 Lightning II de la RAF (désignés Joint Combat Aircraft par le ministère de la Défense). Cependant, en mars 2013, un examen a conclu que la RAF Marham à Norfolk deviendrait la principale base d'opérations du F-35 et que Lossiemouth deviendrait plutôt le foyer de trois escadrons de Typhoons. Le président de Virgin Galactic, Will Whitehorn, a déclaré dans une interview à Space.co.uk le 29 avril 2008 que la compagnie envisageait de voler depuis la RAF Lossiemouth pendant les mois d'été uniquement. Β]

Typhon[modifier | modifier la source]

Le 18 juillet 2011, le secrétaire à la Défense Liam Fox a annoncé la fermeture de la RAF Leuchars, tandis que la RAF Lossiemouth à Moray serait épargnée dans le cadre du récent examen stratégique de la défense et de la sécurité. La force de Typhoon F2 du Nord QRA récemment formée, qui a été mise en place à Leuchars en mars 2011, sera désormais transférée à la RAF Lossiemouth en 2013. Leuchars sera convertie en base de l'armée britannique et la RAF Kinloss devrait subir le même sort, la RAF Lossiemouth sera la seule base opérationnelle de la RAF en Écosse d'ici le milieu des années 2010. Des travaux sont en cours pour le déménagement du 6e Escadron RAF en mai/juillet 2014 et du 1er Escadron RAF en août/septembre 2014 Γ]


Faction de l'Armée rouge

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Faction de l'Armée rouge (RAF), aussi appelé Fraction de l'Armée rouge, de nom Bande de Baader-Meinhof, Allemand Rote Armee Fraktion et Groupe Baader-Meinhof, groupe de gauche radical ouest-allemand formé en 1968 et populairement nommé d'après deux de ses premiers dirigeants, Andreas Baader (1943-1977) et Ulrike Meinhof (1934-1976).

Le groupe a ses origines parmi les éléments radicaux du mouvement de protestation universitaire allemand des années 1960, qui a décrié les États-Unis comme une puissance impérialiste et caractérisé le gouvernement ouest-allemand comme un vestige fasciste de l'ère nazie. Dès ses premières années, les membres se sont soutenus par des vols de banque et se sont engagés dans des attentats terroristes à la bombe et des incendies criminels, en particulier contre des sociétés et des entreprises ouest-allemandes et des installations militaires ouest-allemandes et américaines en Allemagne de l'Ouest. Ils ont également kidnappé et assassiné des personnalités politiques et commerciales de premier plan. Le but de leur campagne terroriste était de déclencher une réponse agressive du gouvernement, ce qui, selon les membres du groupe, déclencherait un mouvement révolutionnaire plus large. Cependant, à mesure que ses tactiques devenaient plus violentes, il perdit une grande partie du soutien dont il avait bénéficié parmi la gauche politique ouest-allemande. Au milieu des années 1970, le groupe avait étendu sa portée en dehors de l'Allemagne de l'Ouest et s'était parfois allié à des groupes palestiniens militants. Par exemple, en 1976, deux guérilleros de Baader-Meinhof ont participé au détournement palestinien d'un avion de ligne d'Air France, qui a finalement pris fin après le raid réussi d'Entebbe en Ouganda par des commandos israéliens.

La faction de l'Armée rouge comprenait au moins 22 membres principaux au début des années 1970, dont la plupart, dont Meinhof, avaient été emprisonnés à l'été 1972. Baader, échappant à un emprisonnement en 1970, a de nouveau été arrêté en 1972. Meinhof s'est pendue dans son cellule en 1976. Trois autres, dont Baader, ont été retrouvés abattus dans leurs cellules le 18 octobre 1977. Apparemment des suicides, leur mort est survenue un jour après que des commandos ouest-allemands ont pris d'assaut un avion Lufthansa détourné à Mogadiscio, en Somalie, bloquant la tentative des pirates de l'air pour obtenir la libération de leurs camarades emprisonnés en rançon pour leurs otages. Par la suite, la faction Armée rouge a poursuivi ses activités terroristes et s'est scindée en plusieurs groupes.

After the collapse of the communist government in East Germany in 1989–90, it was discovered that the Red Army Faction had been given training, shelter, and supplies by the Stasi, the secret police of the former communist regime. Greatly weakened by the demise of communism throughout eastern Europe, the group announced an end to its terrorist campaign in 1992, and several of its surviving militants were arrested and tried. However, it retained a following among some European radicals, and in 1996 several thousand sympathizers attended a meeting to commemorate the anniversary of Meinhof’s death. The group formally disbanded in 1998, though arrests and trials continued.


Visit This Cold War Bunker Today!

During the Cold War, several bunkers were created throughout Withernsea, East Yorkshire in 1953. The British government built 120 warning stations along the coastline. In fact, there was a station every 35 miles to defend against a possible Soviet attack. British soldiers had the frightening task of manning each station, and detecting and notifying their command headquarters of such a threat.

These brave men and women would not only be able to order a retaliation strike quickly, but they would be safe from any harm thanks to their bunker.

If you were injured, you would be treated in this section of the bunker. Courrier quotidien

The construction of the bunkers was pretty straightforward: dig a 100-foot hole and place a 20-foot layer of shale at the bottom to absorb any shock. Atop the shale, a 35,000-square-foot bunker was built with reinforced concrete walls that are 10-feet thick.

The inhabitants of the bunker were equipped with computers and telephones. Courrier quotidien

Such a design would be impervious to any attack up to a half mile away.

The bunker was built 100 feet underground. Courrier quotidien

This particular bunker was hidden under an unassuming bungalow at the Royal Air Force (RAF) Holmpton site. It was initially used as an RAF Early Warning Radar Station.

The bunker is hidden under this modest bungalow at RAF Holmpton in Withernsea, East Yorkshire. Courrier quotidien

It operated as such until 1974, at which time it was refurbished into an Emergency Headquarters for the RAF Support Command. After the collapse of the Soviet Union in 1991, the Cold War effectively ended. However, the bunker remained useful for the British government. It was transformed into an Experimental Headquarters for the UK Air CCIS System.

This board was used to show any immediate threat and how to notify the UK. Courrier quotidien

Since 2014, the bunker has operated as a public exhibition. At the time of construction, it cost around £1.5 million, but with inflation, the property equals out to about £300 million in 2017.

The 35,000-square-foot space has been transformed into an interesting museum exhibition that simulates what living in the bunker would have been like during the Cold War.

Although the control station looks outdated, it was sufficient enough for the 1950s. British men and women could detect an attack and direct a response. Courrier quotidien

Tourists that visit the exhibit can witness a deactivated, half-megaton nuclear warhead along with a map of the British Isles that was used during the Cold War. It depicts real target spots for nuclear attacks.

The half-megaton warhead that was stashed away in the bunker has been deactivated. Courrier quotidien These maps reveal possible targets for nuclear missiles. Courrier quotidien

James Fox is the curator of the project. He explains that &ldquoWe were operating guided tours, one tour a day in the afternoon, and people absolutely loved it, but the trouble was, as we expanded the exhibition, more and more people came along, and we hit the point at the end of 2014 season whereby we had sold all the tickets for the tour before we&rsquod officially even opened the gates. Now people can come along and explore at their leisure, and they can stay as long or as short as they like.&rdquo

RAF Holmpton is now open to visitors and tourists. Courrier quotidien

Now the fascinating site can be viewed by the public. It is hard to believe that inhabitants of the bunker would be safe from a warhead strike, as well as any biological, gas, or chemical weapons for two weeks at a time. In sci-fi books and movies, it might seem like the survivors can live in a bunker for years, but James Fox claims, &ldquoThe reality is, that is complete nonsense, it&rsquos a fairytale. If you put 100 people underground you couldn&rsquot store enough food to feed them for any length of time. So a bunker like this was actually designed to be occupied for a maximum of two weeks.&rdquo

Large rations of food were not stored in the bunker. People could only survive there for two weeks. Courrier quotidien

Mr. Fox went on to note that &ldquoAlthough visitors can come face to face with a half-megaton nuclear warhead, what we are trying to emphasize is it is now a thing of the past, but it was a very real threat that hung over us from 1945 until 1991. The fact is all these bunkers have gone, we don&rsquot use them anymore they are a thing of the past.&rdquo

The items used during the Cold War date back to the 1950s. Courrier quotidien

The breathtaking exhibition is on display well into 2017. For over 60 years, the RAF has offered unwavering service throughout the United Kingdom. Learning about their brave duties during the Cold War and visiting this notorious bunker is just one way to honor their legacy.


​ Thorpe Camp Visitor Centre

The South Hall of the Visitor Centre has displays covering the airfield itself, and separate areas for each of the squadrons which operated from RAF Woodhall Spa during WWII.

RAF Woodhall Spa became operational in February 1942 as a heavy bomber airfield within 5 Group (Bomber Command).

It was a satellite of RAF Coningsby and from January 1944 a sub-station of No.54 Base (Coningsby, Metheringham and Woodhall Spa)

With the end of the war in Europe the airfield was used as an assembly and kitting-out point for ground personnel for Tiger Force, the planned heavy bomber force for the Far East. After VJ Day Tiger Force was dispersed, and with 627 Squadron disbanded and with 617 Squadron moving to RAF Waddington, the airfield was closed. In the years that followed the site was used by 92 MSU for the storage of bombs.

From the late 1950's to 1965 Woodhall Spa became a base for Bloodhound SAM missiles. With the rest of the airfield sold off for agriculture or mineral extraction, the former missile site has remained under the control of RAF Coningsby and was used for the servicing of Tornado engines until 2003 when it was mothballed.

This Avro Lancaster Propeller, recovered from The Wash, is dedicated to the personnel of the Royal and Allied Air Forces who have served at Royal Air Force Woodhall Spa since 1942.

It was orignally erected on the airfield in 1993 by the officers and airmen of the Propulsion Flight, RAF Woodhall Spa, and was moved to Thorpe Camp Visitor Centre (formally No.1 Communal Site, RAF Woodhall Spa) when the Propulsion Flight closed down in 2003..​


A Visit To Murree (Essay Sample)

Murree is a great visiting hill station that is located in Pakistan at the outs. From a distance, it looks more of a fantasy city. The place is visited by different people from different nations since it shields one from the sweltering heat. Though I am adventurous, I had never visited any hill station before. However, a few months ago, I planned to visit Murree. I had always heard stories about its beauty. I had always wished for that moment to be in Murree and experience this peaceful environment, and yes, my desire came true.

Well, on that day, we reached Murree with my friend at around 3.00 p.m. to me it was the best day of my life. The journey to Murree was quite different from the one am used to in the plains. Life around Murree is expensive. The cost of the hotels is too high for the ordinary man, but luckily we got a very dark bungalow at a reasonable price. Being too tired, we chose to rest and begin our adventures on the next day.

The following morning everyone woke up with anxiety and determination. We woke up early to have a view of Murree. The view was awesome. The area was filled with thick fog and beautiful trees that were filled with enticing flowers. The fog created an enchanting feeling that was utterly incredible. The valleys below gave the area a magnificent scenery since they were filled with green tree. It was utterly tremendous. The place was immensely fascinating, and no words can describe the emotions given by the view of Murree.

Though the trip was short, I experienced the wonders that nature holds that make Murree flourish. The area was all green, below it were streams and brooks that went down the mountains. The mountains were cool, and no amount of the sun heat disturbed us no matter how much it was. Around birds chirped in a rhythm that seemed to be singing welcome songs to us. Some monkeys swayed from tree to tree, seemingly waiting for any visitor to offer them some food. The landscapes were distinctly inspiring, Murree’s neighborhood was satisfying. At Murree, we visited a theme park in Nathia Gali, and it was both wondrous and adventurous. There were many varieties of beautiful flowers and enticing ferns, and the smell of the flowers was pleasing, and I kept breathing in the scent from time to time. The nature of Nathia Gali seemed awakened, it looked like it had a magic touch. To me, this was a very new experience thus I watched everything closely with rapt attention.

The day ended, and we had to go back to the bungalow and wait for the next day so that we could travel home. On our way back, dark clouds were visible in the sky, and as a result, it rained heavily. On arrival to the bungalow, we were heavily drenched, and the only option was having some hot coffee. Throughout the night, there was a heavy downpour, but luckily when morning came, the rained had stopped. The sun rose gracefully, and it was time to travel back. Along the way, one could see a golden light lighting the mountains. The view was nothing less than fascinating.

To sum everything up, Murree is the best place that I have ever visited all my life. Till date, I still consider Murree as a fantastic place.


Websites

Search the Commonwealth War Graves Commission website for information about deaths in the First or Second World War.

Search for the will of a soldier who died while serving in the British armed forces between 1850 and 1986 on probatesearch.service.gov.uk.

Livres

Search The National Archives’ bookshop to see whether any of the publications below may be available to buy. Alternatively, look in The National Archives’ library catalogue to see what is available to consult at Kew.

Audrey Collins and David Annal, ‘Birth, marriage and death records’ (Pen and Sword, 2012)

Amanda Bevan, ‘Tracing your ancestors in The National Archives’ (The National Archives, 2006)

C M Hobson, ‘Airmen died in the Great War’ (J B Hayward & Son, 1995)

Bruno Pappalardo, ‘Tracing your naval ancestors’ (The National Archives, 2003)


Voir la vidéo: Best-of Jacquouille, les visiteurs 2. part. 1